Image Alt

mars 2019

Skieurs alpinistes, fondeurs , traileurs : Ne négliger pas votre entraînement "d'endurance de force " des membres supérieurs ! Pour une économie du geste  Vous qui utilisez les bâtons, il me semble essentiel de les exploiter au mieux avec des capacités musculaires adaptées ! En dehors de l'aspect technique de la gestuelle (fondamental) un entraînement en endurance de force du haut du corps augmente très sensiblement la performance globale, une pousssée des bâtons efficace aura pour effet direct une économie du geste. Je m'appuie sur

ULTRA longue distance : attention à la nutrition acide ! A une semaine d'un   TRAIL long ou d'une cyclosportive  =>> ATTENTION à  L'ACIDITE de votre organisme !! Au cours de votre effort votre organisme va produite  des déchets , dont certains vont fortement  acidifier votre muscles, tendons et autres ligaments  . Vous devez impérativement arriver le jour de la course avec un organisme épuré de toute trace d'acidité   Sur les 2 dernières semaines vous devez tout faire pour   t contribuer à préserver l’équilibre

ULTRA longue distance : deux jours intenses PROGRAMMER DEUX JOURS INTENSES ! =>> Avertissement : Ne pas confondre avec un "WE choc"  Enchainer deux jours intenses ce n'est pas faire un  "WE choc" dont le but est de cumuler un gros volume d'heures sur une intensité faible très proche de celle d'un ULTRA TRAIL (voir mon article sur le sujet , lien en bas de l'article)  =>> «Courir sur la fatigue» , oui mais

Le surentraînement L'entraînement sportif se construit autour d'un équilibre entre temps d'entrainement (effort) et temps de récupération repos actif ou total. La charge des entrainements  constitue pour l'organisme une "agression" qui va perturber son équilibre. L'intérêt de l'entrainement est de déclancher une phase de récupération qui va inciter l'organisme va se régénérer pour se retrouver avec un niveau  dit "d'équilibre" plus élevé qu'avant "l'agression". Le surentraînement est le résultat d'un déséquilibre entre les temps d'entrainement (effort) et les temps de récupération repos actif ou

Le burnout du sportif, quand la dépression sévère menace Avertissement : Ce qui suit s'appuie sur une analyse croisées de différentes études menées par des chercheurs depuis de longues années sur le sujet, je pense notamment à ceux de Sabine Afflelou (université de Bordeaux). Une forme de dépression  Le burnout sportif s’apparentant à une dépression sévère, ayant un impact sur l'avenir sportif et la vie même de l'athlète. Il prend la forme d'un état dépressif majeur, associé à une rejet pour la pratique. Cet état, qui

La séance de préfatigue La musculation en salle : pour une optimisation de la pré-fatigue La musculation en salle est intéressante pour structurer ce que l'on appelle un état de "pré-fatigue". La pré-fatigue a pour objectif de fatiguer le muscle principal (le quadriceps par exemple) pour le travailler plus intensément en amont. La méthode consiste a utiliser un exercice d'isolation pour le fatiguer avant l'exercice de base. Pour les compétiteurs aguerris je conseille cette pré-fatigue avant un travail d'endurance de force "outdoor". Exemple : 6 à 8