Image Alt

Physiologie sportive

Le test d'effort : la démarche et l'analyse Pourquoi un sportif doit-il réaliser un test d'effort ? Les objectifs Un test d'effort clinique est indispensable de sportif en mode loisir au compétiteur Elite avec deux objectifs complémentaires : Valider sa santé sur la plan cardiovasculaire. Identifier les éléments utiles dans l'optimisation de sa préparation physique. Réaliser en milieu clinique avec un protocole précis le test sollicitera l'organisme à haute intensité d'effort avec un contrôle médical

❌ L’ACIDE LACTIQUE N’Y EST POUR RIEN ! Les crampes sur un effort de longue durée arrivent sur un effort modéré très en dessous d’un niveau élevé de concentration en acide lactique .✅ Rappel sur l'acide lactiqueJe rappelle que la concentration en acide lactique devient importante lorsque les apports en oxygène deviennent insuffisants pour la synthétiser et la transformer dans l'organisme ( en glucose )Cela se manifeste quand l'organisme est placé au niveau du seuil 2

Repérer votre niveau de fatigue, la variabilité de la fréquence cardiaque Rappel  La fatigue n'est pas un symptôme que l'on peut garder "sous contrôle". Elle est étroitement liée à la partie non consciente de notre cerveau, celle qui est totalement indépendante de notre propre volonté. On l'oublie parfois un peu trop vite mais c'est blé et bien notre système nerveux autonome qui gère notre récupération et la gestion de notre fatigue

La récupération après un ultra : Le rôle essentiel des enzymes (CPK) La règle des 30 jours Pourquoi ? Les études réalisés sur la récupération après un ultra trail nous manquent. Néanmoins à ce jour Jeff Galloway un des meilleurs spécialistes sur le sujet de la récupération de coureurs de longues distances a démontré par des analyse pointues qu'une récupération complète d'un marathon par un athlète de haut niveau est de 30 jours. Cela n'a rien à voir avec l'état de forme de vos fibres

L'endurance musculaire et la casse de fibre Attention casser de la fibre musculaire ce n'est pas casser du muscle ! Le risque est non négligeable de casser des fibres en se cassant tout court ! La casse de fibre va consister, par un travail spécifique, à provoquer de minuscules déchirures sur les membranes (aponévroses) de quelques fibres musculaires. Dans un second temps, avec la mise en place d'une surcompensation on va reconstruire les fibres cassées en fibres plus fortes et plus résistantes par des membranes

Le mur du marathon et les idées reçues Le débat sur le célébrissime "mur" fait couler beaucoup d'encre avec de nombreuses idées reçues infondées. On avance beaucoup la fringale, le coup de la panne en glycogène (manque de "sucre" pour faire très court) ou encore une trop forte montée de l'acide lactique pour justifier ce "coup de bambou"

Vélo et course à pied : les différences : VO2max, FC, rendement Ce qui change entre le vélo et la course à pied (CAP) Pourquoi, avec une même intensité, la FC est différente en vélo et en CAP ? Pourquoi le vélo est-il souvent perçu comme plus "dur" et "épuisant" sur le plan de la ventilation ? Quand on se place sur une intensité modérée (autour des 70% de la VO2 max) l'entrainement s'accompagne d'une consommation d'oxygène et d'une dépense énergétique supérieures en CAP

Travail des épaules et des bras sur la foulée du coureur à pied Souvent lorsque l'on parle fractionnés se pose les question "qui tuent" : À quelle intensité dois-je réaliser mes fractionnés ? Comment déterminer la bonne zone cible ? En % de FC ? En utilisant la seule fréquence cardiaque maximale comme repère ? En utilisant la formule complexe dite de "Karvonen" ? Avec le débat sur les "pour" et les "anti" Karvonen remplissant les étagères des bibliothèques universitaires je ne prendrai pas parti ici ! Idéalement le