Publié le

La bière et le sport




Quand on parle de bière, tout va tout dépend de quelle bière on parle, en quelle quantité !!!
rappel :

UNE BOISSON SUCRÉE !!

La bière possède un index glycémique (I.G.) élevé . Je rappelle que l’I.G expose la capacité d’un aliment à faire monter plus au moins rapidement le taux de sucre dans le sang.
Une bière à parfois plus de 7° …L’alcool, c’est de l’éthanol…. et du sucre !!
L’indication en degré (°) correspond à la quantité d’alcool pur contenue dans 100 ml. Si une bière fait 7° (ou est concentrée à 7 %), cela signifie que sur un demi ( 250ml ) vous allez avoir 2,5 x 7 ml d’alcool pur , soit : 17,5 ml d’alcool

UNE BOISSON SUCRÉE !! 
La bière possède un index glycémique (I.G.) élevé . Je rappelle que l’I.G expose la capacité d’un aliment à faire monter plus au moins rapidement le taux de sucre dans le sang.

Une bière à parfois plus de 7° …
L’alcool, c’est aussi de l’éthanol….

L’indication en degré (°) correspond à la quantité d’alcool pur contenue dans 100 ml. 
Si une bière fait 7° (ou est concentrée à 7 %), cela signifie que sur un demi ( 250ml ) vous allez avoir 2,5 x 7 ml d’alcool pur , soit : 17,5 ml d’alcool

=>>
ALCOOL et sucre : la correspondance équivalent calorique

pour une classique pression en version « demi » vous allez donc vous retrouver avec : 17,5 x 1,8 = 31g d’équivalent calorique sucre …

sur une pinte on arrive donc à 62 g d’équivalent sucre

une cueillère à café c’est environ 6g ….. donc 10 cuillères à café d’équivalent sucre …

Mais l’alcool peut être aussi hypoglycémiant….
Que se passe-t-il lorsqu’on boit de l’alcool ?
L’alcool commence immédiatement à passer dans le sang dès qu’il est consommé. Un quart environ de la consommation passe dans le sang après avoir été assimilé par l’estomac. Le reste file par les intestins

Les diabétiques le savent , il y a des risques de faire des hypoglycémies quand on consomme de l’alcool. L’alcool est un inhibiteur de la néoglucogenèse. C’est à dire, que l’alcool empêche le foie de réguler la glycémie en synthétisant le « sucre arrivant », en glycogène.




Prudence déjà avec les bières non BIO

La plupart des bières brunes contiennent un colorant caramel (E 150 C) à éviter . Ce n’est pas tout à fait pour rien que l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) travailla actuellement sur une réévaluation et un alignement des risques présenté par les caramels colorants et s’ajuster à ce qui se fait aux USA qui a déjà imposé à Coca-Cola lui-même de revoir sa formule qui contenait ce colorant, qui est totalement interdit en Californie par exemple …..
Les bières BIO ont l’avantage d’être à peu près sans résidus de pesticides, car préparées à partir de malt de céréales non traitées


Bières artisanales :

Elles sont faites avec de vraies levures naturelles Autant les bières industrielles peuvent susciter la méfiance, autant les bières artisanales, bues en quantité modérée, peuvent s’avérer une excellente boisson. Les levures contenues dans les bières artisanales sont favorables à la flore intestinale (le dépôt au fond de la bouteille est riche de ces levures) . Ce type de bière, bue en quantité modérée, constitue une boisson saine à condition que son degré d’alcool ne dépasse pas 7 ° pour éviter les excès en sucre .
La bière pression est également préférable à la bière en bouteille, car elle est souvent récemment brassée.


ATTENTION AUX CANETTES alu

Les bières en canettes ALU sont à proscrire à cause du bisphénol A de leur revêtement intérieur qui semblerait être assez réputé comme un perturbateur endocrinien.
Comme toujours fautes d’études croisées pouvant attester du contraire , je vous recommande le principe de précaution ….

La bière est un diurétique !

L’explication tient au fonctionnement des reins. Leur rôle, en fabricant de l’urine est de réguler la concentration du sang en minéraux, de purger l’organisme des déchets et autres composés inutiles.
Or ces éléments ne sont pas inertes dans les liquides : ils attirent plus ou moins de molécules d’eau pour assurer leur dilution.C’est le fameux phénomène de l’osmolarité.
Malheureusement la bière avec sa forte teneur en protéines du malt et d’autres molécules issues du houblon notamment lui procure une très forte osmolarité : 1100 milliosmoles (mOsm) par litre, quand celle du sang est de 300 mOsm/L environ
Concentrés dans l’urine, ces composés lui communiqueront leur osmolarité élevée. C’est cette osmolarité qui va imposer au rein l’obligation de fournir plus d’eau pour diluer ces composants.
Une fuite d’eau qui provoque la déshydratation observable de l’organisme après 1h ou 2h d’une bonne pression sur une terrasse
Alors ce phénomène est aussi commun à toute boisson alcoolisée dont l’effet sera d’inhiber l’action de la vasopressine, une hormone antidiurétique



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *